14 mars 2007

Jules Renard

"Ce billet doux plié en deux cherche une adresse de fleur"
Posté par oceania55 à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2007

Philippe Seurin

jl108 Danse comme tu visSois le merveilleux, sois l'uniqueAccouche de toiVa plus loinRedécouvre-toiContinuePeu importe que ce soit joli, il faut que ce soit beauSois un, sois deux, sois toiDanse avec toiSois fête, sois événementExploseBesoin exceptionnelPlaisir exceptionnelMétisse-toiPeu importe que ce soit pur, sois vivantSois singe, sois étoileDanse sans ta têteSois libre, sois droitLaisse-toi dirigerSans désirSans volontéVoilà ton corpsNe pense pas au progrès, abandonne l'idée de progrèsSois sans ta pensée, sois unAvance... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2007

J.M.G Le Clezio

Ce qu'il y a au fond de nous, ce ne sont pas les obsessions, ni les désirs contrariés, ni tout ce qu'on a inventé pour expliquer le mécanisme de l'esprit. Fausse science, cette science du langage par le langage, qui invente ses propres monstres. Mensongère, cette science qui interprète, qui divise, qui juge. La faillite de la psychologie est tout entière dans son intelligence. Car enfin, de quoi parlons-nous ? Parlons-nous des problèmes de la société, de la pluie et du beau temps, des jeux de société et des histoires drôles ? Si... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2007

J.M.G Le Clezio

Cette autre femme au visage doux, enfantin, aux yeux humides et profonds, au front haut et pur cette femme vivante, dois-je la laisser dans son monde ? Elle est là, elle me parle, et je l'écoute.Elle écarte une mèche de cheveux de sa longue main aux doigts fins, presque transparents, et je contemple ce geste qui s'est fait sans moi. Je la vois respirer, je vois le mouvement ample et glorieux qui gonfle lentement sa poitrine et soulève ses seins, puis s'éparpille dans l'air. J'écoute les coups durs de son coeur qui sursaute, au loin,... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2007

J.M.G Le Clezio

Anne V « Quelque chose brûle en moi. J'attends, et je n'attends pas.C'est peut-être dans cette rupture, dans cet instant, entre les deux pulsions, l'une qui va vers l'infini du oui, l'autre vers l'infini du non, qu'est le lieu de la vie.Cette lumière qui m'éclaire en moi, et qui ne m'appartient pas, sans cesse me montre l'étendue du possible, ce que je pourrais être un jour, ce que je devrais être.Pareil au feu, à l'étoile, au soleil.J'attends, et en même temps je n'attends pas. » In, "L'inconnu sur la terre"
Posté par oceania55 à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2007

Pontalis

Le Grand SéparateurSur la terrasse de la maison d'amis très chers.Robert arrose le laurier-rose, tout à l'heure il ira dans son atelier fabriquer des objets bizarres.Catherine soigne un chat blessé, elle prend soin de presque tous les chats du village, un village qui n'est pas encore trop fréquenté par les touristes venus de Hollande, d'Allemagne, du Japon. A portée de ma vue, des plantations d'oliviers, le massif du Luberon. Ce grand oiseau là-bas qui plane, ce pourrait être un aigle. A mes pieds dort le chien-loup, plus chien... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2007

Pascal Quignard

jl108 "On ne transporte la flamme qu'en brûlant"
Posté par oceania55 à 23:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2007

Voltaire

On nomme hardiment amour un caprice de quelques jours, une liaison sans attachement, un sentiment sans estime, des simagrées de sigisbée, une froide habitude, une fantaisie romanesque, un goût suivi d'un prompt dégoût : on donne ce nom à mille chimères.
Posté par oceania55 à 23:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2007

Paul Valéry

Mais rendre la lumière suppose d'ombre une morne moitié.
Posté par oceania55 à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2007

Alain Etchegoyen

Ce que j'aime dans une femmeJe n'aime pas les bêtisiers. Ce sont des anthologies de paroles et non de pensées. On y est toujours de mauvaise foi : on extrait une formule, on surprend un écart, on ne prend plaisir qu'au mal qu'on trouve chez les autres. Le bêtisier est un produit gai du ressentiment, qui est toujours triste. Mieux vaut respirer que s'époumoner .Je n'aime pas les femmes à travers les dénonciations qu'on fait de leur caricature, je n'aime pas même celles qui dénoncent. Le chemin est trop long. J'aime les femmes,... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]