mots



Les mots

 

Je me lève ils se lèvent

je me couche ils se couchent

Où que je sois

ils sont là aux quatre coins de mon humeur

 

J'ai tellement besoin des mots

de tous ces mots

qui dansent qui valsent qui s'échappent

les mots goutte à goutte jongleurs de la lune

les mots à la bouche les mots pour le dire

que l'on voudrait avoir à soi pour soi près de soi

 

les mots qui étonnent détonnent électrisent

les mots des Grands les gros les grands mots

les mots du café d'en face qui sortent après minuit

les mots qui font mal les mots qui passent

les mots tout petits pour les tout-petits

les mots de la première fois

les mots éternels qu'on n'ose pas dire parce que c'est l'autre

les mots si beaux si ténus qui font toc-roc et tic-tac

les mots doux les mots de Mai

les mots qui jouent les mots qui se donnent rendez-vous

sur des balançoires et des musiques

D'un regard un seul

je les soupèse je les retourne

je les pâte à modeler je les avale

je les laisse je les reprends je les titille et je les déshabille

brusquement l'un après l'autre au hasard des secondes

et il, deviennent diamants du jour ou amants de la nuit

 

Faut-il écrire ? Faut-il parler ?

Plus j'attends plus c'est la nuit et sa bande de mots

qu'on redoute et qu'on connaît par coeur

 

Les menhirs les caméléons les sourds-muets

les passés la date à la gueule défoncée

les vicieux anonymes assoiffés de sang vierge

les justiciers les éclopés d'âme

qui pètent plus haut que leurs culs

et qui couchent avec une année de sentiments

ceux qui vous empêtrent ceux qui éclaboussent

ceux qui se cachent dans le blanc des yeux blancs

qu'on dira plus tard et que plus tard c'est déjà trop tard

Il est 5 h 32 !... Vous manquez d'humour

 

Moi ce que j'aime ce sont des mots

qui sentent qui tourbillonnent sitôt dits sitôt faits

les mots de la chance les youpi les hop là

avec de la crème chantilly

les inattendus les nouveaux les rigolos

comme des fruits comme des mangues

qui rendent ivres

ceux qui font vrai ceux qu'on agite

et patatras au bout de la langue se coincent sur le quai

d’une gare

 

ceux qui donnent courage puis qu'on envoie comme des filets

sur les passants qui se marchent sur les pieds pour les attraper

les mots fous les mots de paix les mots à fleur de mot…

Comme je vous en veux parfois de n'être que des mots ...

Mais qu'est-ce que je vais faire de vous ?

 

Une histoire ? une prison ? un poème ?

- Non ! Pas de poème !

 

J'ai trouvé

je ne ferai rien

 

... Je continuerai à parler !

 

In « Mots-Maux »

Photo Océania