16 juin 2008

Rainer Maria Rilke

Avril 1898 Ce que le prince fait pour l'art, il l'accomplit dans l'esprit de l'État. Car il importe à celui-ci de faire apparaître l'art comme quelque chose qu'il favorise et qu'il voit d'un bon oeil, sur un pied d'égalité avec l'Église officielle et les autres insti­tutions qui soutiennent l'autorité. Pourtant, il me semble toujours qu'il l'encourage à la façon de la France républicaine, qui laissait mûrir les plans de Napoléon dans la mesure où il défen­dait ce qui devait lui survivre. Mais c'est ainsi : chaque... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 18:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 juin 2007

Rainer Maria Rilke

Lettre I Paris, le 17 février 1903. Cher Monsieur, Votre lettre vient à peine de me parvenir. Je tiens à vous en remer­cier pour sa précieuse et large con­fiance. Je ne peux guère plus. Je n'entrerai pas dans la manière de vos vers, toute préoccupation critique m'étant étrangère. D'ailleurs, pour saisir une oeuvre d'art, rien n'est pire que les mots de la critique. Ils n'aboutissent qu'à des malentendus plus ou moins heureux. Les choses ne sont pas toutes à prendre ou à dire, comme on voudrait nous le faire... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2007

Rainer Maria Rilke

Comment oublier ces mythes antiques que l'on trouve au début de l'histoire de tous les peuples ; les mythes de ces dragons qui, à la minute suprême, se changent en princesses ?Tous les dragons de notre vie sont peut-être des princesses qui attendent de nous voir beaux et courageux. Toutes les choses terrifiantes ne sont peut-être que des choses sans secours qui attendent que nous les secourions.in, "Lettre VIII"
Posté par oceania55 à 09:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]