bolero___B_jart



Du bon usage du sacré

 

C'est moins une thèse qu'un constat : un nous se noue par un acte, délibéré ou non, de sacralisation. Le sacré ne représente donc pas un luxe personnel, dépense somptuaire ou supplément d'âme, mais un bien de première nécessité : c'est le plus sûr moyen de mise en commun dont dispose un ensemble flou pour faire corps et se perpétuer. Encore faut-il préciser de quoi il retourne. Inutile, pour cette mise au net, de lever les yeux au ciel. Mieux vaut, puisque le lien entre générations a toujours besoin de repères fixes, poser l'oeil naïf du photographe sur quelques hauts lieux de ce bas monde, et en tirer deux ou trois enseignements prosaïques. (à suivre)

 

In « Le moment fraternité »

Photo « Boléro » de Ravel, Maurice Béjart