18 août 2007

Bernhard Schlink ( le procès d'Hanna)

Je n'ai pas manqué un seul jour du procès. Les autres étudiants s'en étonnaient. Le professeur se félicitait que l'un de nous mette chaque groupe au courant de ce que le précédent avait vu et entendu. Une seule fois, Hanna regarda vers le public et vers moi. Sinon, tous les jours d'audience, elle regardait vers les juges, quand elle était introduite par une fonctionnaire de police et une fois qu'elle était assise à sa place. C'était une attitude hau­taine, comme sa manière de ne pas parler aux autres accusées et presque... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 19:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 juillet 2007

Bernhard Schlink

Je ne sais pas ce que j'ai fait de travers. À la mai­son aussi, j'allais chercher le charbon à la cave, et sans jamais avoir de problèmes. Encore qu'à la maison on ne stockât pas une telle quantité de coke. Le remplissage du premier seau se passa bien. Quand, prenant à son tour le deuxième seau par ses poignées, je l'enfonçai au bas du tas, la montagne se mit en marche. Partant du haut, de petits morceaux se mirent à débouler à grands bonds, et de gros morceaux à faire de petits sauts, plus bas cela devint un glissement... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 07:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 mars 2007

Bernhard Schlink

Au lit, il lui demanda: " Est-ce que tu m'aimes ? " Elle se redressa et posa sa main sur sa poitrine. " Oui ". - Pourquoi ? - Parce que tu es gentil et intelligent, que tu es quelqu'un de bien et que tu es généreux. Parce que tu es mon brave petit soldat et que tu ne te rends pas les choses faciles. Tu veux rendre à chacun ce qui lui est dû et, bien que tu te donnes beaucoup de mal, tu ne peux pas tout faire. Comment pourrais-tu, d'ailleurs ? Mais tu essaies quand même, et c'est ça qui me bouleverse.... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mars 2007

Bernhard Schlink

Il n’avait pas envie de parler de sa peur des choses à régler, dont il ne savait ce qu'elle signifiait, d'où elle venait ni pourquoi elle s'aggravait avec l'âge. C'était cette peur qui était derrière son refus des changements; chacun de ceux-ci faisait peser plus lourd le fardeau des choses non réglées. Mais pourquoi ? Parce que les changements coûtent du temps, et que le temps passe et nous échappe de plus en plus vite ? Le sentiment du temps qui passe est-il inversément proportionnel au temps qui nous reste ? Le temps s'écoule-t-il... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]