05 mai 2008

Pierre Sansot (Flâner)

Flâner, ce n'est pas suspendre le temps mais s'en accommoder sans qu'il nous bouscule. Elle implique de la disponibilité et en fin de compte que nous ne voulions plus arraisonner le monde. Les marchandises, nous les contem­plons sans avoir nécessairement le désir de les acheter. Les visages, nous les regardons avec discrétion et nous ne cherchons pas à attirer leur attention. Avancer librement, lentement dans une ville pressée, n'attacher du prix qu'à la merveille de l'instant dans une société mar­chande suscite ma... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 20:43 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

04 mai 2008

Pierre Sansot (Dévisager)

J'aime qu'un visiteur, même s'il m'est pro­che, demeure sur le seuil, qu'il frappe à ma porte, que j'aie à deviner le sens de sa visite, que lui-même prenne le temps de savoir pour quelle raison il s'est rendu chez moi — parfois en vertu de la seule amitié. De mon côté, je ne me permettrais pas de m'introduire chez autrui sans préalable. Ce n'est pas par méfiance à l'égard de l'inconnu, désir exa­cerbé de préserver ma vie privée. Je crois plu­tôt que nous ne sommes pas immédiatement en état d'amitié ; même des... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 19:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
20 mars 2007

Pierre Sansot (parce que nous sommes Noël)

LES RESTES ET LA TABLEIls ont fait ripaille sans souci du lendemain. Ils se sont séparés leventre plein, une chanson gaillarde à la bouche et d'ailleurs ils avaientde !a peine à se quitter. Nous avons été invités le lendemain pourdéjeuner avec les restes et nous avons été surpris de !a saveur de ce quinous fut servi avec une carcasse de volaille et un fond de sauce. En outre,le reste ne concerne pas seulement ce gui survit: il est aussi une manière des'attarder autour d'une table.L'existence de restes, leur usage, est-ce la marque... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mars 2007

Pierre Sansot

AUJOURD'HUI, SUIS-JE DE TROP ?Puisque le reste se traduit souvent par un trop dont on ne sait que faire et dont on voudrait bien se débarrasser.Je reste. Maintenant que la plupart de mes amis ont disparu, à qui parler, qui peut entendre un langage aujourd'hui fané? Plaider pour des valeurs qui ne sont plus de mode ? Je ne suis pas fier d'être encore de ce monde. Nous avions juré de ne jamais nous quitter et j'ai assisté à leur disparition sans broncher. Il y a de ma part une forme de trahison et je pourrais éveiller le soupçon.... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2007

Pierre Sansot

Je ne sais pas nécessairement où un chemin me mènera et si mes forces me porteront jusqu'au terme. En revanche, je suis assuré de ce à quoi il me soustraira : un assoupissement qui n'est pas une forme d'équilibre, un repli sur soi. La solitude qui parfois l'accompagne n'a rien d'amer. Elle me restitue à ce qu'il y a de plus grave et doux en moi et demeure mon compagnon : le chemin. Tandis que je marche, j'ai le sentiment d'être l'auteur de mes pas. La joie est alors au rendez-vous quelle que soit ma fatigue, puisqu'elle... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]