05 août 2007

Sandor Marai

Je me suis souvent demandé si la véritable essence de tous les liens humains n’est pas le désintéressement qui n’attend rien ni ne veut rien, mais absolument rien de l’autre et qui réclame d’autant moins qu’il donne davantage. Lorsque l’on fait ce don de ce bien suprême qu’un homme peut donner à un autre homme, je veux dire la confiance absolue et passionnée, et lorsqu’on doit constater que l’on n’est payé que d’infidélité et de bassesse... a-t-on le droit d’être blessé et de crier vengeance ?In, « Les braises »Photo blowup55... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2007

Sandor Marai

Dans un roman paru en 1980 « Judith...et l’épilogue », Marai exprime le désenchantement qui l’incite à ne plus écrire. Dans une chambre d’hôtel à Rome, Judith raconte sa vie à son amant. Elle parle de sa liaison avec un écrivain, qu’elle ne nommera pas. C’est un homme bizarre qui n’écrit plus, pour lequel elle n’éprouve pas de sentiment, mais à l’influence duquel elle ne peut se soustraire. L’écrivain lui confie qu’à la vue du chaos qui règne dans le monde, il n’a plus confiance dans l’avenir. » « On raconte que les Grecs... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]