29 juin 2009

Philippe Léotard (Nulla dies...)

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 19:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

21 mai 2007

Philippe Léotard ( Ces pages...)

Ces pages sont des épaves, repêchées au hasard des grè­ves où les abandonnait mon impuissance. Qu'on n'y voie rien de certain, mais seule l'âme arrachée, rage et raison. Peut-être ai je voulu jadis, en faire un livre qui aurait eu l'orgueil des métaux précieux, mais il y eut examen de l'orage, et j'en restai longtemps hébété par le dégoût de faire que ne compensait pas l'appétit de jouir. Je me conten­tai de sceller dans le silence mes rares et prudentes certitu­des, sans savoir encore que je ne renoncerai pas à être saint. ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 12:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 mai 2007

Philippe Léotard (Parfois... Soudain...)

     Je n'ai jamais pu faire que mes mains se croisent, sans que mes doigts se perdent.      Parfois... Soudain... L'instant est comme un coeur ivre de jeune fille, une tiédeur de cuisses sous la soie, un son tendre de bois, même froid, contre la brûlure des pierres, ou la fraîcheur des robes associées au feu, aux parfums qui s'absentent, aux cheveux qui caressent des épaules innocen­tes, ou seulement coupables d'oublis frissonnants... ... Ou ces interminables fuites du Temps, qui s'efforcent,... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 10:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 mars 2007

Philippe Léotard

 
Posté par oceania55 à 13:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 mars 2007

Philippe Léotard

J'ai toujours commencé à aimer, en cachette. En cachette de moi.Ce que j'exhibe sort de moi, inévitablement suspect; immédiatement, et pour longtemps, énigmatique. Je ne m'y retrouve plus.Du coup, je complique tout, et il faut toujours s'expliquer.Je n'ai ni estime ni confiance dans la parole écrite, dont aucun visage ne répond.Je n'ai que ma bouche, pour masquer ma voix. Et elle se tord en convulsions, pour lâcher le grotesque.Elle tire ma langue, pousse mon nez lumineux, le met en avant, pour qu'il n'ait pas l'idée de se... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]