10 avril 2009

Milan Kundera

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 20:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

27 avril 2008

Milan Kundera

Si chaque seconde de notre vie doit se répéter un nombre infini de fois, nous sommes doués à l'éternité comme Jésus- Christ à la croix. Quelle atroce idée ! Dans le monde de l'éternel retour, chaque geste porte le poids d'une insoutena­ble responsabilité. C'est ce qui faisait dire à Nietzsche que l'idée de l'éternel retour est le plus lourd fardeau (das schwerste Gewicht). Si l'éternel retour est le plus lourd fardeau, nos vies, sur cette toile de fond, peuvent apparaître dans toute leur splendide légèreté. Mais... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 21:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 septembre 2007

Milan Kundera (La mort de Karénine)

Par rapport à l'homme, le chien n'a guère de privilèges, mais il en a un qui est appréciable : dans son cas, l'euthana­sie n'est pas interdite par la loi; l'animal a droit à une mort miséricordieuse. Karénine marchait sur trois pattes et passait de plus en plus de temps couché dans un coin. Il gémissait. Tereza et Tomas étaient tout à fait d'accord : ils n'avaient pas le droit de le laisser souffrir inutilement. Mais leur accord sur ce principe ne leur épargnait pas une angoissante incertitude. Comment savoir à quel moment... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 août 2007

Milan Kundera

Et de nouveau, il lui vint une idée que nous connaissons déjà : la vie humaine n'a lieu qu'une seule fois et nous ne pourrons jamais vérifier quelle était la bonne et quelle était la mauvaise décision, parce que, dans toute situation, nous ne pouvons décider qu'une seule fois. Il ne nous est pas donné une deuxième, une troisième, une quatrième vie pour que nous puissions comparer différentes déci­sions.In, « L’insupportable légèreté de l’être »photo chantal (flickr)
Posté par oceania55 à 11:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 mars 2007

Milan Kundera

Tant que les gens sont encore plus ou moins jeunes et que la partition musicale de leur vie n'en est qu'à ses premières mesures, ils peuvent la composer ensemble et échanger des motifs mais, quand ils se rencontrent à un âge plus mûr, leur partition musicale est plus ou moins achevée, et chaque mot, chaque objet signifie quelque chose d'autre dans la partition de chacun. in, « L’insoutenable légèreté de l’être »
Posté par oceania55 à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]