10 juin 2009

Charles Juliet

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 19:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 janvier 2008

Charles Juliet

Ma voix, il lui a fallu un long temps pour mourir. J’avais en tête le mot mûrir, et je m’aperçois que je viens d’écrire mourir. J’accueille donc ce mot qui s’est subrepticement glissé sous ma plume, et j’écris en toute connaissance de cause : ma voix, il lui a fallu un long temps pour mourir. Cette voix silencieuse qui se confond avec les mots que depuis quelque trente ans, jour après jour, je trace à grand-peine avec un stylo sur des feuilles de papier, un long temps lui a été nécessaire pour mourir aux mots,... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 17:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 mars 2007

Charles Juliet

Ces lignes de force qui parcourent l’histoire de l’humanité depuis le fond des âges sache qu’elles doivent traverser et alimenter ce que tu peins   écris. In, « A voix basse » Peinture Robert Renard
Posté par oceania55 à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2007

Charles Juliet

N’avoir d’autre intention que de dire la vie de mieux la percevoir                 la ressentir de l’exalter   d’en faire vibrer toutes les harmoniques de permettre à celui qui passe de mieux en jouir d’en devenir pour toujours plus conscient In, « A voix basse » Peinture Robert Renard
Posté par oceania55 à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2007

Charles Juliet

Rien ne s’annonce mon silence est muet mais je demeure en attente prêt à capter ce qui va sourdre     soudain des mots surgissent et s’assemblent et lentement au profond de la nuit les murs s’élèvent     une maison basse et retirée où chantonne en permanence le vivifiant murmure de la source     où celui qui s’est perdu pourra venir se rejoindre retrouver son visage renouer avec son sang   in... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 09:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 mars 2007

Charles Juliet

Beauté de la pierre. Justesse et harmonie des proportions. Tonique impression de solidité. Lumière et ombre. Tout un ensemble qui réjouit l'oeil, comble je ne sais quelle soif d'une beauté fruste qui pourrait défier le temps.C'est une porte de lumière. On la trouve après avoir parcouru un ténébreux labyrinthe dont, comme il se doit, on a failli à jamais demeurer prisonnier. Les culs-de-sac, les fosses, l'enchevêtrement des couloirs, des galeries, ralentissaient ou bloquaient la progression, mais sans jamais pouvoir... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2007

Charles Juliet

Lire un bon livre, c'est éprouver pendant des heures un plaisir des plus intenses et qui touche aux profondeurs de l'être. Un plaisir qui nous arrache au temps, efface ce qui nous entoure, nous maintient dans l'attente avide de ce qui se propose à la découverte. Ceux qui aiment la littérature ont tous vécu grâce aux livres des heures inoubliables. Des heures où un ouvrage les a bouleversés, révélés à eux-mêmes, conduits sur de nouveaux chemins.Il est des livres qui m'ont foudroyé, ont déplacé mon centre de gravité, modifié ma... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mars 2007

Charles Juliet

Mais ma faim me reprend. Ma faim de toi. Avoir devant nous de lentes journées vides, et tu verrais comment je te dévorerais de questions. Ecris-moi. Ecris-moi. Dis-moi tout de ce qui te concerne. Raconte-moi encore ton enfance. Parle-moi encore de tes parents, ta famille. Dis-moi les événements, les rencontres, les livres, les découvertes qui t'ont marquée. Dis-moi ce qu'on se refuse ordinairement à confier, ce que peut-être tu n'oses t'avouer à toi-même. D'où vient cette cicatrice à ton doigt ? Sache que j'ai mal pour toutes les... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]