16 mars 2007

Georges Henein

Même à l'intérieur de nos demeures, il est parfois difficile de s'orienter. Un ami très cher s'est ainsi laissé surprendre par les glaces. « Pas de visites avant le printemps » lit-on à sa porte. Sa souffrance est grande car il déteste l'imprévu. Trop de choses se passent à l'avenant. Dès que l'on s'attarde auprès d'un être ou d'un objet, dès que l'on suit des doigts la courbe d'un sein, la granulation d'un rire, d'obscures vendettas vous désignent. Qui respire s'accuse.* * *Une fillette saute à la corde sur une terrasse. Ne souffrant... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2007

Georges Henein

L'octroi de la vieje suis l'homme assis au bord de la route c'est l'heure où il convient d'écrire à ses amis d'écrire en retenant les motsen scalpant les voixen jetant ceux qui se bornent à regarderà la tête de ceux qui se bornent à comprendre et cela fait un grand cerne mauvedont on ne se remet pasje suis celui qui s'est assis au bord de la route et qui tient ses ennemis à la merci de sa fatigue et pour qui tout est encore à creuserque la vie ait fait long feu ou tourné court peu importepeu importe à l'homme qui se venge du peu... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]