14 avril 2008

Yannick Haenel ( Délicatesse)

Quelqu'un à qui je parlais de la Darne à la licorne comme d'une tapisserie érotique haussa les épaules : les femmes lui semblaient trop habillées - « fermées » , dit-il. Je dis, au contraire : la délicatesse est le plus puis­sant aphrodisiaque. Et s'il vous faut des signes, observez comme l'une des dames empoigne la corne dressée de la licorne. Elle la tient bien. On peut dire qu'elle prend les cho­ses en main. La violence phallique de la licorne est- elle apprivoisée ? Ce qui se pavoise ici avec ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 14:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 avril 2008

Yannick Haenel ( La force du désir est pudique)

Oui, la Dame à la licorne est une proposition de beauté. Une beauté claire, avec le grand front des madones de Memling, le menton rond d'un Botticelli, une blondeur heureuse et décidée qui sort du Moyen Âge, qui s'en échappe pour toujours car elle ne lui a jamais appartenu, sauf dans les clichés impatients, dans l'aveuglement publicitaire. Ce n'est pas la beauté pâle de l'attente, celle du languissement de fiançailles qui ne viendront pas, ni la beauté courtoise d'une virginité qui ne sait que faire d'elle- même,... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 12:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 avril 2008

Yannick Haenel (Ce sont les plis...)

Ce sont les plis qui ouvrent le désir. Ce sont eux qui le relancent. Un vent très léger s'allume dans la nuit. Les ondulations commencent. Elles ne recher­chent rien, rien d'autre que la poursuite d'elles-mêmes, et de ce vent qui les fait exister à travers le temps. Quand je regardais le corps de ces femmes, je voyais un monde de plis - de merveilleux plis dans les robes. Les plis, me disais-je - des plis de brocart, des plis de moire, des plis de toutes les couleurs, liés à la floraison des tissus -, en offrant... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 21:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 avril 2008

Yannick Haenel

Vous descendez vers la fraîcheur des thermes gallo-romains, dans l'odeur humide de la terre. Il y a des statues des Apôtres, des frises, des chapiteaux, des couronnes votives, une rose d'or, des châsses en émail. Vous distinguez enfin, au bas d'un escalier, une petite pancarte en forme de flèche : « Vers la Dame à la licorne ». Vous prenez l'escalier, vous entrez dans la pénombre, et ça y est, elles sont là. Elles sont six : six tapisseries qui se regardent en demi-cercle. C'est du rouge, du bleu, du jaune, du... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 21:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]