04 mars 2008

Alice Ferney (La bouche)

Ils se faisaient face. Maintenant il ne cessait pas de la regarder à la bouche, avec quelque chose d'allumé dans le re­gard, un point de moquerie sur le visage. Il ne quittait pas des yeux ses lèvres. Et elle se demandait si sa bouche avait une anomalie, ou un défaut. Elle se sen­tait presque aux aguets, décontenancée devant lui. La force était entre eux. Elle sentait qu'il aurait aimé l'embrasser. Il pensait à un baiser et c'était comme si elle entendait cette pensée. Mais elle n'était pas prête. L'idée de la... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 18:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

03 mars 2008

Alice Ferney (Premier rendez-vous)

Un couple de futurs amants mar­chait, au milieu de la chaussée, dans une rue piétonne, un peu avant l'heure du dîner. Les couleurs du soir tenaient la ville dans un feu. Sous le fléchissement du soleil, les grands immeubles anciens étaient splendides, les pierres de leurs façades orange comme du fer chauffé. Des jeunes gens, agglutinés par grappes, flânaient, bavar­daient et riaient, se courtisaient. Il res­tait à cet ancien quartier des facultés quelque chose de festif et d'insouciant. Le mois de juin était... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 19:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 mars 2008

Alice Ferney (Le manteau rouge)

Il l’avait découverte à l’école devant la rangée des portemanteaux à l'en­trée des classes maternelles. C'est là que l'envoûtement était né. Dans le défer­lement des enfants, au coeur de leurs pépiements matinaux, un rapt silencieux : une femme se saisissait d'un homme. Une image mordait dans un regard. Ils étaient occupés aux mêmes gestes que faisaient là tous les parents : s'age­nouiller devant son enfant, déboutonner le manteau puis le tricot, se relever en même temps que l'on tire sur une man­che pour... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 19:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
01 mars 2008

Alice Ferney (Lire des histoires)

On réinventa des manières de compter : la commune dépassait-elle le seuil des cinq mille habitants (ce qui obligeait à créer une aire d'accueil) ? Et quand bien même cela serait, combien de temps pouvait-on demeurer sur une aire d'accueil ? Dans ce jeu d'intérêts électoraux, d'irrespect et de honte, de lâcheté et de vertu, une assistante sociale fut envoyée. Il y avait là des enfants non scolarisés, des familles sans moyens d'existence, le terrain était un bour­bier sans infrastructure. Angéline res­tait assise, le menton... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 21:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]