28 décembre 2008

Albert Cohen

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 19:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

30 juillet 2007

Albert Cohen 3 (Ariane lit une lettre de Solal)

Soudain, elle n’en pouvait plus. C’était alors une lecture minutieuse et lente, une étude de la lettre, avec des arrêts pour méditer, pour se représenter, les yeux fermés, et sur les lèvres un sourire un peu idiot, un peu divin. Afin de mettre en valeur des mots plus tendres ou plus ardents, elle recouvrait parfois la feuille de ses deux mains, de manière que seule la phrase merveilleuse restât visible. Elle s’hypnotisait sur cette phrase. Pour mieux la sentir, elle la déclamait, ou encore, prenant une glace à la main, se la... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juillet 2007

Albert Cohen 2 (Ariane reçoit une lettre de Solal)

Trois fois dans la journée, bien avant l’arrivée du courrier, elle était sur la route à attendre. Lorsqu’il n’y avait pas de lettre de l’absent, elle faisait au facteur un sourire aimable, la mort dans l’âme. Lorsqu’il y avait une lettre, elle l’ouvrait tout de suite, la balayait du regard. Une lecture superficielle, du bout des yeux. Elle s’empêchait d’en prendre vraiment connaissance, ne voulait pas s’en pénétrer. Il s’agissait seulement de s’assurer qu’il n’y avait pas de catastrophe, qu’il n’était pas malade, que son retour de... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 11:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 juillet 2007

Albert Cohen 1 (Ariane écrit à Solal)

Soucieuse de perfection, elle rédigeait d’abord des brouillons, deux ou trois, pas davantage. La dernière version jugée satisfaisante, elle se lavait les mains pour ne pas risquer d’altérer le papier à lettres, un vélin teinté, se les lavait longuement, charmée par la pensée qu’elle était une vestale se purifiant avant l’accomplissement d’un rite. Assise devant sa table, ou même à genoux, posture peu commode mais qui lui était troublante, elle dévissait son bon stylo, celui à pointe en biseau qui donnait... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 12:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]