15 mars 2010

René Char

Nous n'appartenons à personne sinon au point d'or de cette lampe inconnue de nous, inaccessible à nous qui tient éveillés le courage et le silence. In "Les feuillets d'Hypnos" (5) William Turner "Sur le chemin du bal" (San Martino)
Posté par oceania55 à 15:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

02 octobre 2008

René Char (Dans mon pays)

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:Garamond; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 18:57 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
08 décembre 2007

René Char (transmettre)

Tu es pressé d'écrire,Comme si tu étais en retard sur la vie. S'il en est ainsi fais cortège à tes sources. Hâte-toi.Hâte-toi de transmettreTa part de merveilleux de rébellion de bienfaisance. Effectivement tu es en retard sur la vie,La vie inexprimable,La seule en fin de compte à laquelle tu acceptes de t'unir,Celle qui t'est refusée chaque jour par les êtres et par les choses,Dont tu obtiens péniblement de-ci de-là quelques fragments ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 09:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
29 septembre 2007

René Char (les philosophes)

Les philosophes d'origine sont les phi­losophes dont l'existence, l'inspiration, la vue, l'arête et l'expression ne supportent que très peu de temps l'intérieur cloisonné de la pensée didactique. Ils sont tirés violem­ment du dehors pour s'unir sans précau­tion à l'inconnu des êtres, à leur déroutante anthologie, ainsi qu'aux troubles cycloniques de l'univers. Ils possèdent à leur insu un don de nouveauté inaltérable : ils fécondent en s'étoilant et se fertilisent en se creusant. Ils sont la solitude et le nombre,... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 18:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 août 2007

René Char

Posté par oceania55 à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juillet 2007

René Char

On ne fait pas un lit aux larmes comme à un visiteur de passage. In, "Feuillets d'Hypnos"  
Posté par oceania55 à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2007

René Char (Livre de l'outil)

Un outildont notre main privée de mémoiredécouvrirait à tout instant le bienfaitn’envieillirait pas,conserverait intacte la main.René CharEn exergue de "Le livre de l'outil" Avant-propos de René Char pour "Le livre de l'outil"                                                       ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2007

René Char ( La flamme sédentaire)

La flamme sédentaire Précipitons la rotation des astres et les lésions de l'univers. Mais pourquoi la joie et pourquoi la dou­leur ? Lorsque nous parvenons face à la montagne frontale, surgissent minuscules, vêtus de soleil et d'eau, ceux dont nous disons qu'ils sont des dieux, expression la moins opaque de nous-mêmes.Nous n'aurons pas à les civiliser. Nous les fêterons seulement, au plus près; leur logis étant dans une flamme, notre flamme sédentaire.In, « La nuit talismanique »Photo Monia... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 11:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
31 mai 2007

René Char (écriture)

Comment me vint l’écriture ? Comme un duvet d’oiseau sur ma vitre, en hiver. Aussitôt s’éleva dans l’âtre une bataille de tisons qui n’a pas, encore à présent, pris fin.
Posté par oceania55 à 19:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 mai 2007

René Char (Choix de parcelles)

Tiens vis-à-vis des autres ce que tu t’es promis à toi seul. Là est ton contrat.* A tous les repas pris en commun, nous invitons la liberté à s’asseoir. La place demeure vide mais le couvert reste mis. * Tu ne peux pas te relire mais tu peux signer.* Vous tendez une allumette à votre lampe, et ce qui s’allume n’éclaire pas. C’est loin, très loin de vous, que le cercle illumine.* Les plus pures récoltes sont semées dans un sol qui n’existe pas. Elles... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 12:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]