13 avril 2010

Marcel Proust

  Puis, la dernière page était lue, le livre était fini. Il fallait arrêter la course éperdue des yeux et de la voix qui suivait sans bruit, s’arrêtant seulement pour reprendre haleine, dans un soupir profond. Alors, afin de donner aux tumultes depuis trop longtemps déchaînés en moi pour pouvoir se calmer ainsi d’autres mouvements à diriger, je me levais, je me mettais à marcher le long de mon lit, les yeux encore fixés à quelque point qu’on aurait vainement cherché dans la chambre ou dehors, car il n’était situé qu’à une... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 12:11 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

07 avril 2010

Andrée Chédid (Il y a des matins)

Il y a des matins en ruine Où les mots trébuchent Où les clefs se dérobent Où le chagrin voudrait s’afficher Des jours Où l’on se suspendrait Au cou du premier passant Pour le pain d’une parole Pour le son d’un baiser Des soirs Où le cœur s’ensable Où l’espoir se verrouille Face aux barrières d’un regard Des nuits Où le rêve bute Contre les murailles de l’ombre Des heures Où les terrasses Sont toutes         Hors de portée. ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 04:48 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
01 avril 2010

Guy Goffette

  Pourtant son accoutrement n’est rien moins que bizarre : un tailleur rouge très moulant, très cintré, avec épaulettes, à la mode des années cinquante (à vérifier), des bas résilles, noirs, à couture, des souliers fins à hauts talons avec une bride sur le cou-de-pied.Des gants de soie aussi, noirs et brillants, et, sur un gros chignon à l’ancienne dégageant bien le cou et comme l’allongeant (Modigliani de nouveau, qu’y faire ?), un petit chapeau plat du plus malheureux effet, comme un hiatus. On la verrait plutôt... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 16:38 - - Commentaires [8] - Permalien [#]