30 mars 2010

J.-B. Pontalis

  Je viens d’être l’hôte d’une jeune association lyonnaise qui s’est donné comme intitulé La Fabrique des idées. Son propos est d’engager ses divers invités – écrivains, sociologues, philosophes, psychanalystes – à retracer leur parcours, à indiquer comment ils en sont venus à penser comme ils pensent. « Fabrique des idées », je peinais à accueillir favorablement ces mots. A « fabrique », à « fabriqué » plus encore, je donnais un sens péjoratif. Bien souvent, lisant un livre, j’arrête ma... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 11:37 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

29 mars 2010

Louis Calaferte

  Il y eut une époque où, dans les livres, le sens d’une bonne partie des mots m’échappait. Grâce au seul moyen de la lecture, je me suis lentement familiarisé avec un vocabulaire élargi que je n’avais jamais employé ni entendu employer autour de moi. Cette façon ardue d’appréhender la langue m’a laissé un immense amour des mots. Amour presque physique de l’image. Riche. Pleine. Charnelle. Le mot est avant tout un cri. C’est par un cri que nous nous manifestons au monde. Expression ! C’est-à-dire besoin... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 17:24 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 mars 2010

Andrée Chedid (Saisir)

  Saisir Recueillir le grain des heuresEteindre l’étincelleRavir un paysageAbsorber l’hiver avec le rireDissoudre les nœuds du chagrinS’imprégner d’un visageMoissonner à voix basseFlamber pour un mot tendreEmbrasser la ville et ses refluxEcouter l’océan en toutes chosesEntendre les sierras du silenceTranscrire la mémoire des miséricordieuxRelire un poème qui aviveSaisir chaque maillon d’amitié.   In « Par-delà les mots »Photo JJCito "Sentiers du Massonnet"  
Posté par oceania55 à 18:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
24 mars 2010

Guy Goffette

  Elle aime voyager les jambes serrées dans un collant noir,les jambes collées l'une contre l'autre dans le noir, sagement assise, les mains simplement posées sur sa jupe portefeuille bien fermée.Elle aime qu'il en soit ainsi entre les jambes grandes ouvertes d'un homme qui fait mine de dormir.Elle aime faire semblant de l'ignorer.D'ignorer que la tenaille se resserre au croisement des voies. In "Presqu'elles"Edward Hopper  "Compartiment C, voiture 193"  (1938) 
Posté par oceania55 à 17:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 mars 2010

Pascal Quignard (Si omnes domine ego)

  Si tous sont là sans exception, moi au moins je ferai exception. La famille affilie les visages. La société assujettit les sujets. Le volume de la “chose de tous” (res publica) s’est accru de la publication et de la normalisation de toutes les choses “privées” (res privata) : éducation, conscience, savoir, maladie, vie conjugale, vieillesse, mort. Même le foetus est photographié in utero. C’est la surveillance de tous à l’intérieur de chacun. Omnis domine Ego. Pindare a écrit dans la deuxième Pythique: Genoi autos essi... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 15:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
17 mars 2010

Océania (La route)

    Continents pays îles océans mers, « tout ça » que tu abordes, inscrit sur un feuillet quadrillé. Campée devant la carte du monde, pointer le départ. Chercher puis trouver les noms inscrits sur la liste, baisser, lever les yeux, vérifier. Mon doigt hésitant suit la route, je me rapproche pour lire les petits caractères, ceux des îles minuscules où mon index accoste. Le regard revient vers l’est, absorbe la continuité, l’ensemble, puis reprend ses découvertes à l’ouest.  La carte est fixée au mur, à droite de la... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 19:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

15 mars 2010

René Char

Nous n'appartenons à personne sinon au point d'or de cette lampe inconnue de nous, inaccessible à nous qui tient éveillés le courage et le silence. In "Les feuillets d'Hypnos" (5) William Turner "Sur le chemin du bal" (San Martino)
Posté par oceania55 à 15:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
11 mars 2010

Océania (Derrière la fenêtre)

  Je viens de laver la vitre, plus une trace de mouche, je la souhaite nette et claire, c’est à travers elle que je vois le monde et mon jardin imparfait.  Sur le bureau, l’ordinateur ronfle,   à mes pieds le chat ronronne,  dans la cheminée les braises s’éteignent.     Une écharpe brumeuse s’étire dans la vallée. Bel automne... les vendanges sont achevées, bonne cuvée en perspective. Les grappes sont serrées, les grains gorgés de soleil explosent entre langue et palais. Il fait un peu... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 18:25 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
10 mars 2010

Denis Podalydès (Voix des livres)

    Dans les trains, les bus, les métros, dans la rue, je redoute le manque de livres. Je ne peux imaginer de ne faire que penser, regarder les autres, regarder par la fenêtre, regarder le monde, marcher, aller. Il me manque toujours de lire, lire. Je pousse le songe de la lecture jusqu’à la limite. J’ai l’impression de rêver si fort, découvrant un grand livre, que cela s’entend, s’agite dans l’air, excède les pages, les tempes, le crâne, et se matérialise devant moi. In »Voix off » Illustration ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 10:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
09 mars 2010

Yehuda Amichaï

  Une fois un grand amour a coupé ma vie en deux. La première partie continue à se tordre ailleurs comme un serpent coupé en deux   Les années qui passent m’ont calmé elles ont cicatrisé mon cœur, pacifié mes yeux.   Et je suis comme la personne qui dans le désert de Judée aperçoit l’écriteau : « Niveau de la mer » Il ne peut voir la mer mais il la connaît.   Et c’est ainsi que partout je me souviens de ton visage à ton « niveau de visage ».   Photo (bichromate)... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 09:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]