Philippe_L_ortard



Nulla dies...

 

Je n'ai pas envie d'écrire. Voilà !

Je fais les gestes, oui. N'importe qui pourrait dire, là, en me regardant, que je suis en train d'écrire, c'est sûr ! Et personne, autour de moi, ne doute que cette action soit volontaire. On n'écrit pas, comme ça, sans y être ferme­ment résolu, sans une dévotion tenace à l'Oeuvre en cours. Nul ne peut supposer, a priori, que je m'adonne à ce luxe, à cette occupation, contre mon gré ! Surtout quand on me voit, le reste de mon temps, soumis, comme tout un chacun, à mille odieuses contraintes !


Et je m'attends toujours à la question : « Vous êtes obligé ? »


Non. Qui me forcerait ?

Si j'étais contraint et forcé, on verrait le Maître et la Règle.

D'ailleurs, je m'arrête à chaque instant.


Heureusement, il y a l'Imparfait, ce mode majestueux, dont l'indulgence est sans limite.

Et la Poésie, qui permet de terroriser.

 

In « Pas un jour sans une ligne »

Photo ?