entrelacs_corde



Étonnant que je puisse oublier, que j'oublie si faci­lement et chaque fois pour si longtemps, le principe à partir duquel seulement l'on peut écrire des oeuvres intéressantes, et les écrire bien. Sans doute, c'est que je n'ai jamais su me le définir clairement, enfin d'une manière représentative ou mémorable.

De temps à autre il se produit dans mon esprit, non pas il est vrai comme un axiome ou une maxime : c'est comme un jour ensoleillé après mille jours sombres, ou plutôt (car il tient moins de la nature que de l'arti­fice, et plus exactement encore d'un progrès de l'arti­fice) comme la lumière d'une ampoule électrique tout à coup dans une maison jusqu'alors éclairée au pétrole... Mais le lendemain on aurait oublié que l'électricité vient d'être installée, et l'on recommencerait à grand- peine à garnir des lampes, à changer des mèches, à se brûler les doigts aux verres, et à être mal éclairé...

« Il faut d'abord se décider en faveur de son propre esprit et de son propre goût. Il faut ensuite prendre le temps, et le courage, d'exprimer toute sa pensée à propos du sujet choisi (et non pas seulement retenir les expressions qui vous paraissent brillantes ou caractéristiques). Il faut enfin tout dire simplement, en se fixant pour but non les charmes, mais la conviction. 

(1935)


palette_couleurs_Normandie

 


In « Le parti pris des choses »

Photos Anne Van