CellulePeauHumaine_Grande



Il faudrait sur la vie et son précieux liquide consulter les livres savants. Aujourd'hui, on en sait beaucoup sur la chimie du vivant, sur cette logique magnifiquement irrationnelle, sur cette folie efficace à cause de toute la sagesse qui l'habite. Je n'aurai jamais la patience de lire ces livres ni l'outrecuidance de chercher à les comprendre.

C'est par la poésie, c'est par l'intuition que j'avance, à pas lents, à pas prudents, vers les choses et plus encore vers les êtres, vers les principes jamais mathématiques mais rigoureux, infiniment rigoureux selon leur style et leur nature, qui sont principes de ces êtres et de ces choses.

Je sais comme tout un chacun que la vie est prison et que tout l'effort de l'esprit et, plus profondément, de l'âme, de cela que nous appelons l'âme, - et aujourd'hui encore -, que tout l'effort de la vie et de l'âme est de briser les murs de leur cellule.

Cellule est la vie à son point de départ biologique, cellule est-elle jusque dans son accomplissement : étincelle dans un cas, sévère claustration dans l'autre et c'est, pour dire l'une et l'autre, le même mot.

Cellule : ce qui ouvre et lance et projette en avant ; cellule : ce qui bloque.

La lymphe poursuit sa montée de sève dans les branches de l'arbre et ses embranchements, la lymphe est fragile, mais sans elle : rien. Aussi regarderons-nous de tous nos yeux les yeux aveugles de cette fée par qui seule nous regardons et voyons. Mille soucis nous habitent et les voici qui, de soucis, se font fleurs. La vie est plus vive que la vie.

 

In « La nuit de la substance »

Photo cellule de peau humaine