100_0601



Le savoir sage guérit et forme le corps, il embellit. Plus je fais attention et cherche, plus je pense. Je pense donc je suis beau. Le monde est beau donc je pense. Le savoir ne peut pas se passer de la beauté. Je cherche une science belle.

A partir d'un certain âge de son histoire, la science doit répondre de son visage, de la beauté qu'elle présente et produit. Je délaisse le savoir qui a pris sa forme actuelle parce qu'il enlaidit hommes et choses, parce qu'il vieillit mal et qu'il a échoué à former nos enfants. Il porte laideur et mort, le masque tordu de la tragédie.

A partir d'un certain âge, la science doit répondre des enfants.

Sort le savant, voici l'enfant.

Nous sommes allés l'un vers l'autre, sous le soleil, il ne parlait pas, je ne parlais plus, nous nous sommes pris par la main, nous avons quitté furtivement l'amphithéâtre.

Il ne fait pas chaud, il ne fait pas froid, le vent caresse le visage et les bras comme s'il dessinait sur la peau une carte, la brise douce engage avec le feuillage des arbres un entretien quasi musical, sous voix, les premières odeurs âcres émanent des tiges, une herbe vient entre nos lèvres, nous en mâchons l'astringence, le paysage des dieux s'ouvre dans la vallée par petits lambeaux labou­rés, jaune et bleu, comme une queue de paon ocellée, jusqu'à l'austérité rocheuse de la colline,

viens...

 

... viens, je voudrais te léguer les choses sensibles per­dues, le conciliabule du monde multiple et du corps nué, je te léguerai la finesse, goûts et parfums, la sapience et la sagacité, viens, et quand nous aurons construit la peau par pans, comme un habit, je te dirai, après, les vieilles ruines de ma langue, mon beau langage qui va mourir, issu directement de l'eau qui se chiffonne comme une soie, du peuplier dont la feuille quasi sessile* bruisse, douce voix des choses, viens dans les restes abandonnés des deux jardins pillés, oubliés, le jardin des sens détruit par le langage, le jardin de ma langue détruit par les codes, viens tant qu'il est temps encore, je m'y étais mal pris, nous allons recommencer

 

... viens, le dernier des enfants des hommes à pouvoir entendre et voir, viens sentir et toucher, tu apprendras bien assez tôt la science, assuré que tu l'apprendras.

 

In « Les cinq sens »

Photo Océania

* Terme de botanique. Il se dit d'une partie quelconque qui n'a pas de support particulier, qui repose immédiatement sur une autre. Fleurs sessiles. Feuilles sessiles.