Bach_JS___manuscrit_art_fugue

                                                                       Manuscrit de "L'art de la fugue"

Au soir d'une journée dont il ne savait si elle avait été grise ou si c'était lui qui la voyait ainsi, le jour étant tombé, le pas des derniers hommes et des der­niers chevaux s'étant évanoui sur la place, Bach, qui n'avait pas aimé la nuit jusqu'à ce qu'elle descendît en lui-même en plein jour, entra dans le cabinet de composition, referma la porte derrière lui, s'assit à sa table, y posa une feuille blanche et traça d'abord au long d'une règle de bois quatre portées de sa plume à cinq becs. Sur la première, dans une mesure à deux blanches, il écrivit le thème en clé de fa : ré la fa ré do dièse... et, le considérant, se trouva devant ces quatre mesures comme sous le porche d'une cathé­drale non bâtie. Puis il s'avança sous la voûte invi­sible, et ajouta la première réponse.


Après quoi, il s'interrompit, plume levée, mal­gré le contrepoint qui se pressait déjà entre ses tempes. Il commençait son long travail sans savoir s'il lui serait accordé de le finir. L'idée de laisser sa fugue sur le métier le poussait à continuer quand il eût préféré s'arrêter, car il convenait de travailler autant qu'il se pouvait pour mettre la double barre à sa fugue avant que la Providence ne la mette à sa vie. Travaillez tant que vous avez de la lumière. La plume se remit à gratter le papier.

Bach_JS___Art_de_la_fugue_r__la_fa_r__do

 

 

In « Bach, dernière fugue »