narcissisme_desire1



Il suffit d’écrire ce qu’on pense pour se rendre compte de la faiblesse de ce qu'on pense.
De la futilité, parfois, de ce qu'on sent. Que l'on croyait subtil, à la fois, et profond.
Rien de tel, en effet, que d'écrire, pour nous situer dans nos limites. Nous ramener à notre juste mesure. Trop facile, quand on ne fait rien, de s'illusionner sur ses pouvoirs.
Je ne regrette pas, en ce sens, d'avoir écrit. Me voilà situé. Ni encouragé. Ni découragé.
Au corps à corps, simplement, avec moi-même. Et avec la vie.

 

In « Le cœur de tous »

Photo Desire 1