neg_anne_bouche



Un homme - écrivain ou bon connaisseur de la littérature - va être amoureux d'une femme très belle, mais qui écrit, et qui écrit médiocrement.
La beauté de cette femme s'en trouve atteinte et gâtée de manière irrémédiable ;

simplement et candidement sotte, il n'en serait rien.
Pourtant quel don borné, étroitement circonscrit, que le don littéraire, et sans retentissement majeur sur la qualité d'un être !
Mais dans ce secteur limité de la vie de l'esprit, et presque étanche à tous les autres, qu'est la production artistique, la distance entre le quelconque et l'excellent est stellaire, incommensu­rable : quiconque croit naïvement « écrire », et en fait n'écrit pas, reproduit à peu près pour le connaisseur l'écart glaçant du fou d'asile qui se prend pour Napo­léon.

 

In « Lettrines 2 »

Photo fragment A.