30 juin 2008

Julien Gracq

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 ... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 00:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

28 juin 2008

Antonio Porchia

Qu’on parte de n’importe quel point.Tous sont égaux.Tous mènent à un point de départ. In « Voix »Photo Anne Van - Etoile, Riberac
Posté par oceania55 à 19:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 juin 2008

J.M.G Le Clezio (Je veux écrire)

  « Je veux écrire pour la beauté du regard, pour la pureté du langage. Je veux écrire pour essayer de rejoindre le vieil horizon, si net, pareil à un fil, et le ciel clair au-dessus de la mer. Je veux écrire pour être près des nuages blancs dans le ciel sombre, près de la lumière serrée du soleil, près des cimes des montagnes, là où seuls vont les éperviers. Je veux essayer d'être immédiatement là où mon regard se termine, là où il s'agrandit et reçoit sa joie. Je veux écrire pour être du côté des animaux, des... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 juin 2008

Denise Siau

                                                    Photo Nicolas Tikhomiroff Dans la lumière qui la prenait avec tant de grâce, nul jamais ne put compter les étoiles une à une posées sur chaque cil fléchi, sur ses lèvres, son corps, ses mains, soumis à l'âme incandescente dont la voix s'emparait au premier souffle clair. Héritage... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 18:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 juin 2008

Roberto Juarroz (mots durs et mots doux)

Il n'y a pas des mots durs et des mots doux, comme cela fut parfois affirmé. Il y a des mots plus vivants et moins vivants. Jusqu'à quel point le poète peut-il animer un mot apparemment moins vivant ? Et jusqu'où l'usage courant peut-il ôter de la vie à un mot ? Il se peut qu'il y ait des mots plus riches de sens et moins riches, plus musicaux et moins, plus recherchés et plus simples, et ainsi interminablement. Les qualités des mots sont relatives et varient selon la manière de leur emploi et la trempe imaginative... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:33 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
24 juin 2008

Mahmoud Darwich

La terre nous est étroite. Elle nous accule dans le dernier défilé et nous nous dévêtons de nos membres pour passer.Et la terre nous pressure. Que ne sommes-nous son blé, pour mourir et ressusciter. Que n'est-elle notre mère Pour compatir avec nous. Que ne sommes-nous lesimages des rochers que notre rêve portera,Miroirs. Nous avons vu les visages de ceux que le dernier parmi nous tuera dans la dernière défense de l'âme.Nous avons pleuré la fête de leurs enfants et nous... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 20:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 juin 2008

Dominique Autié

Du clair obscur de la main se transmet le savoir des caresses qui donnent envie de vivre éternellement. Soudain, voilà le châtiment dans son envol, elle s'abat et claque dans la violence le vivant. Elle possède et s'approprie, tourmente et rafraîchit. La main guérit. Elle transmet le fluide à la matière, génère et charge l'énergie. Qu'y a t il de plus beau que cette main qui frôle excitant le désir et cette autre qui cajole, calme les angoisses et adoucit vos terreurs? On la coupe encore dans les pays musulmans... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
22 juin 2008

Jean-Marc La Frenière

Les plantes et les fleurs sont les lettres de la terre.
Posté par oceania55 à 19:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 juin 2008

Océania (musique)

[...]Si c’était vrai ? …Si c’était vrai que nous avons dans le corps une petite fenêtre qui laisse échapper l’âme pour lui permettre de fuguer vers plus vaste que soi ? Lorsque le temps s’arrête, je crois que toutes nos fenêtres s’ouvrent afin que nos âmes partagent l’indicible. Dans le roman Vendredi ou les limbes du Pacifique de Michel Tournier, Vendredi le sauvage, au terme d’un combat corps à corps, tue Andoar, un bouc énorme. Du massacre en forme de lyre il crée un instrument élémentaire en tendant... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 juin 2008

Océania (matinée)

Nous étions six ce matin.Léo, le belge, a été libéré.J'ai eu la surprise dimanche en téléphonant à sa femme, de le trouver à ses côtés.Lors de mon prochain passage à Bruxelles, j'irai lui dire bonjour et faire la connaissance de sa famille.Eric le Rebelle était absent, trop mal au dos. Nous avons donc été frustrés de sa traduction en argot du dialogue Créon/Antigone. Next time, inch'Allah.Un nouveau s'est ajouté, bien intégré. Nous avons abordé Un mot pour l'autre de... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]