arc_en_ciel_2_mais_2006_Gargas


En hommage à Philippe Seurin qui nous a quittés ce 10 juin

Au pays des poètes

Tu dis que je suis poète
que tu es poète... mais qu'est-ce que ça veut dire ?
Tu sais ce que c'est la poésie toi ?... Moi j'en sais rien
Comment être quelque chose qu'on ignore ?

Tu parles de Victor Hugo Charles Arthur Jacques Paul
Fernando Momo Alexandrin...
mais ils sont tous morts !
Je suis moi... Pourquoi serais-je quelqu'un d'autre
Les morts... Laissons les morts enterrer les morts !

Ce qui compte pour un poète
ça n'est pas de connaître la poésie
mais de se découvrir de découvrir qu'il est poète
de grandir de voyager de se créer un univers
de rencontrer des gens de les écouter de les toucher
des gens qui sont heureux qu'on les écoute
et qu'on les touche
et qui à leur tour l'écouteront raconter...
ce qui ne se raconte pas
avec des mots de tous les jours

La poésie ça ne s'écrit pas ça se parle !
Parfois c'est vrai parfois ça ne l'est pas
mais c'est toujours joli

«  Pour haîcrire de la poaîsie faut des vers et des rimes ? –
- Tu penses trop... tu vas attraper des maladies !»
Oublie les vers oublie les rimes... La poésie c'est une fête !

Faut pas se prendre au sérieux faut surprendre

Oublie ce que tu sais... Sois Sens ! N'explique pas !
Oublie les aigris les boîtes à bonbons les pseudo-machins
tous les canards d'académie qui comptent sur leurs doigts
pour faire douze et vont à la ligne quand ils y sont

... Tu ne fais pas l'amour avec un dictionnaire ?

Pourquoi la poésie serait-elle enfermée dans un langage ?
Des vers c'est des lignes et des rimes des sons qui sont les mêmes

Ça n'est pas la rime qui fait le poème... c'est le poète !

Jouer c'est ça le truc !
Comme un chat
qui se regarde dans une glace la première fois
qui croit qu'il y a un copain derrière qui veut l'attraper
et qui le lendemain recommence
et est toujours émerveillé

Bien sûr on ne devient pas enfant du jour au lendemain

D'abord il faut être TOUT nu...
ouvrir les yeux les oreilles et le reste
prendre tous les lauriers qu'on a et les brûler
coucher à la belle étoile... attendre rêver laisser venir

Se dire... non ne rien se dire

Prendre une trompette... Souffler très fort dedans
et voir l'effet que fait la poésie sur les gens qui dormentContinuer sa route en rigolant... Puis partir... loin !
Désert monde il faut tout vivre... Pleinement... tout !

Et aux premières heures de soi-même
cueillir les mots qui sortent de la terre
et se laisser entraîner... amoureusement
au pays des poètes qui ne savent pas qu'ils sont poètes

In « Mots-maux »
Photo Océania