masque_de_l_amoureuse___r_alis__par_Herv__Dailly


Je me perpétuerais et toi, tel un goéland, tu me couperais de ton aile... Comme je t'appar­tiens!
Tu as le sens des mouvements qui me grisent, et la diction d'un fanal. Mes flots se teintent.
Tu renverses l'azur en moi. Tu jalonnes mon ventre d'ifs tout allumés. C'est la fête. Je deviens poreuse. Tu m'échevelles. je t'accom­pagne. Nous descendons au ralenti un escalier de pourpre, je me voile dans l'écume, le vent se lève, tu t'effaces devant les portes, où suis-je?

Mais tu ne réponds pas, tu m'inspires des flam­beaux de passage, tu déplies soigneusement la volupté, tu détournes ma soif, tu me prolonges, tu me chrysalides et je suis de nouveau élue. Alors je danse, je danse, je danse! comme une flamme debout sur la mer ! les paupières fer­mées. Ta patience fait mon bonheur. Je suis nue, j'en ai conscience et je te remercie parce que la fin de la folie est imprévisible. Tu écha­faudes des merveilles. Tu me crucifies à toi. Le plaisir est doucement douloureux. Je suis bien.

Laisse-moi te dire : j'ai besoin de me sentir voyagée comme une femme. Depuis des jours et des nuits, tu me révèles. Depuis des nuits et des jours, je me préparais à la noce parfaite. Je suis libre avec ton corps. Je t'aime au fil de mes ongles, je te dessine. Le coeur te lave. Je t'endimanche. je te filtre dans mes lèvres. Tu te ramasses entre mes membres. je m'évase. Je te déchaîne.

In, « Les Epiphanies »
Masque réalisé par Hervé Dailly