IMG_2909

Les arbres frissonnent plus finement, plus ample­ment, plus souplement, plus gracieusement, plus infiniment qu'homme ou femme sur cette terre et soulagent davantage.

Les peurs, les appréhensions, les soucis, la mélan­colie, les tendresses, les émotions inexprimables, les arbres, pourvu qu'il y ait un souffle de vent, savent les accompagner.

Le précieux, le véritablement précieux est distribué sans le savoir et reçu sans contrepartie.

In, "Poteaux d'angle"
Photo Dan