31 mai 2007

René Char (écriture)

Comment me vint l’écriture ? Comme un duvet d’oiseau sur ma vitre, en hiver. Aussitôt s’éleva dans l’âtre une bataille de tisons qui n’a pas, encore à présent, pris fin.
Posté par oceania55 à 19:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 mai 2007

Michel Onfray.

Mon premier frisson esthétique J’ai découvert la musique dite classique avec Bach. On peut faire pire... Plus précisément avec la scie musicale qu’est devenu le choral de la cantate 147 — « Jesus bleibet meine Freude ». Pour autant, malgré la sensation d’écœurement qui accompagne presque à chaque fois l’écoute réitérée des grands classiques du répertoire, j’entends encore ce morceau d’anthologie avec une émotion intacte. J’y ai trouvé, et y retrouve toujours, une façon efficace d’entrer dans le continent... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mai 2007

Charles Bukovski

Il y a dans mon cœur un oiseau bleu quiveut s’échappermais je suis trop coriace pour luiJe dis, reste là-dedans, je ne suis pas sur le pointde laisser n’importe qui tevoir Il y a dans mon cœur un oiseau bleu quiveut s’échappermais je déverse du whisky sur lui et j’inhalede la fumée de cigaretteet les putes et les tenanciers de barset les garçons d’épiceriene savent jamais qu’il est là-dedansIl y a dans mon cœur un oiseau bleu quiveut s’échappermais je suis trop coriace pour luiJe dis,est-ce que tu veux me... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 16:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 mai 2007

Marcel Proust (Le regard et les yeux)

Le regard et les yeux « Le seul véritable voyage, le seul bain de jouvence, ce ne serait pas d'aller vers de nou­veaux paysages, mais d'avoir d'autres yeux, de voir l'univers avec les yeux d'un autre, de cent autres, de voir les cent univers que chacun d'eux voit, que chacun d'eux est; et cela nous le pou­vons avec un Elstir, avec un Vinteuil, avec leurs pareils, nous volons vraiment d'étoiles en étoiles. »En exergue de "Remarques sur le regard" d'Yves Bonnefoy Dessin d'Alberto Giacometti,... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 12:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 mai 2007

Jacques Lacarrière

Eros Comment un tel diction­naire pourrait-il ne pas inclure le dieu du désir amoureux, de l'attirance sexuelle, de l'attraction senti­mentale, en un mot Eros ? Quand astres et luminaires se rencontrent et parfois même s'éclipsent dans le ciel, c'est Eros ! Quand la sève monte au coeur des arbres au début du printemps, c'est Eros ! Quand deux êtres se rencontrent et s'étreignent, pour une heure ou pour toute la vie, c'est toujours Eros ! Comme l'existence serait triste sans lui! On peut à la rigueur ne pas monter au... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2007

Francis Ponge

Le monologue de l’employé  « Sans aucun souci du lendemain, dans un bureau clair et moderne, je passe mes jours. Je gagne la vie de mon enfant qui grandit et gros­sit d'une façon convenable, non loin de Paris, avec quelques autres jolis bébés, dans une villa qu'on voit du chemin de fer. La mère ayant repris son travail un mois après l'évé­nement, la fatalité s'en est mise : malade encore, aspi­rant au repos, elle est partie avec cet Américain dont la concierge faisait peu de cas. Que faire à cela?... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 23:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 mai 2007

Prison ( La bulle d'air)

La bulle d'air C'est une prison bleue dans le noir de l'espaceUn fragile équilibre, en parfaite chaleurSur la Terre enfermée, toute vie ne se lasseJamais de foisonner, au milieu de la peur.Quelquefois tu t'envoles, tu t'exaltes plus hautAtteindre les étoiles, c'est un rêve si beau.Le réel te happe, inscrit ta destinéeSous cette bulle d'air, qu'on remplit de fumée.Assoiffée d'idéal, je m'évade sans cesseAffamée d'un ailleurs, j'aspire à l'ivresseIl faut vivre et mourir, accepter ce destinChercher la liberté, chimérique... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2007

Gaston Bachelard

A notre avis, les voies du progrès intime sont les voies de la logique et des lois générales. Les grands souvenirs d'une âme, ceux qui donnent à une âme son sens et sa profondeur, on s'aperçoit un jour qu'ils sont en train de devenir rationnels. On ne peut pleurer longtemps qu'un être qu'il est rationnel de pleurer. C'est alors la raison stoïcienne qui console le coeur sans lui demander l'oubli. Dans l'amour même, le singulier est toujours petit, il reste anormal et isolé : il ne peut prendre place dans le rythme régu­lier qui... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 07:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 mai 2007

Erri De Lucca (La justice)

Février 2005Cette phrase extraite de « Noyau d’olive » découverte ce matin en prenant mon petit déjeuner. Le livre reste ouvert, une pierre bloque la reliure, le café fume dans la tasse, le toast croque sous les dents, le beurre et le goût des cerises fondent entre langue et palais.Pour tourner la page, j'essuie la confiture qui coule entre mes doigts.Assise sur le haut tabouret, devant ma table de travail, je reçois la lumière magnifique à travers la brume et le gel. La chienne sagement assise à mes pieds, attend éperdument la chute... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 10:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 mai 2007

St Marcellin

St Marcellin, samedi 27 juillet 2002 Temps retrouvé, temps goûté, temps savouré. La maison, le paysage, les senteurs. La chaleur de l’accueil, les baisers… « Comment vas-tu ? Les enfants ? Tu es contente, là où tu habites maintenant ? » L’apéritif, rosé frais, myro, radis au sel… et tout et tout…. Nous nous racontons le temps depuis la dernière fois, famille, métier, sentiment, la vie, la mort, surtout la vie. Dans... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 13:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]