bureau_clair_et_moderne

Le monologue de l’employé 

« Sans aucun souci du lendemain, dans un bureau clair et moderne, je passe mes jours.

Je gagne la vie de mon enfant qui grandit et gros­sit d'une façon convenable, non loin de Paris, avec quelques autres jolis bébés, dans une villa qu'on voit du chemin de fer.

La mère ayant repris son travail un mois après l'évé­nement, la fatalité s'en est mise : malade encore, aspi­rant au repos, elle est partie avec cet Américain dont la concierge faisait peu de cas.

Que faire à cela? Hélas!

Je gagne la vie de mon enfant, et je gagne ma vie, paisiblement. Je peux aller, vers le milieu de la jour­née ensoleillée, manger; et manger encore le soir quand l'activité de la ville, après une période d'intensité considé­rable, décroît et meurt avec la lumière.

Je peux aussi me coucher, je peux rentrer me cou­cher dans une chambre modeste, il est vrai, mais située au bon air, dans la plus grande rue d'un quartier popu­laire, que j'aime, où vivent quelques amis.

Je gagne ma vie paisiblement, sans peine, en faisant un travail régulier et facile pour lequel je ne risque pas du tout d'être ennuyé gravement.

Tout a été soigneusement nettoyé et mis en place lorsque j'arrive; quand je ferme la porte et m'en vais, saluant mes chefs, aucun souci ne sort avec moi. Ainsi je gagne ma vie qui s'écoule avec assez de lenteur et d'aisance, et que je goûte beaucoup, à sa valeur. »

« Cependant le soir, libre de mon temps, je prends conscience d'être un homme pensant : je lis et je réflé­chis, réservant une demi-heure à cet effet avant de dormir.

Dans ce moment, une amertume coutumière m'en­vahit et je me prends à songer que vraiment je suis un être humain supérieur à sa fonction sociale. Mais je dis alors une sorte de prière où je remercie la Pro­vidence de m'avoir fait petit et irresponsable dans un si mauvais ordre de choses.

Si la colère m'anime je me calme aussitôt, songeant à cette fortune d'être placé, par mes intérêts comme par mes sentiments, dans la classe qui possède la ser­vitude et l'innocence.

Esclave, je me sens plus libre qu'un maître chargé de soins et de mauvaise conscience.

Je rêve quelquefois au monde meilleur que mon enthousiasme refroidi me représente plus rarement depuis quelques années. Mais bientôt je sens que je vais dormir.

Et je tourne encore mon esprit vers mon enfant qui me lie à l'ordre social, et dont l'existence aggrave ma condition de serf. Je pense aussi à cette femme... Alors ma respiration devient tout à fait régulière car la tran­quillité m'apparaît comme le seul bien souhaitable, dans un monde trop méchant encore pour être capable de se libérer, d'après ce que disent les journaux. »

In, "Le parti pris des choses"