30 avril 2007

René Char (Lettera Amorosa)

Lettera Amorosa Non è gia part’in voi che con forz’invincibile d’amore tutt’a se non mi tragga.Monteverdi.Lettera Amorosa. Temps en sous-oeuvre, années d'affliction... Droit naturel ! Ils donneront malgré eux une nouvelle fois l'existence à l'Ou­vrage de tous les temps admiré. Je te chéris. Tôt dépourvu serait l'ambitieux qui resterait incroyant en la femme, tel le frelon aux prises avec son habileté de moins en moins spacieuse. Je te chéris cependant que dérive la... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 13:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 avril 2007

Parabole des talents (résumé)

Qu'as-tu fait de tes talents ? Nous recevons un héritage génétique; la société moderne nous accorde des droits qui s'imposent plus en plus mondialement, malgré les disparités.  En contrepartie, il n'existe pas de droits sans devoirs. Agnostiques ou croyants, ou mêmes ceux qui ne se posent aucune question, personne ne soutient que nous naissons égaux pour nos aptitudes. Revenir aux étymologies et à la sémantique peut paraître prétentieux et ennuyeux. Si l'on veut comprendre la définition du talent,... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 10:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
28 avril 2007

Kaléidoscope

Phrases/citations relevées sur les contre-marches de la station RER ligne C - Grande Bibliothèque et sur des plaques de cuivre rondes par terre. « Vues des anges, les cimes des arbres peut-être sont des racines, buvant les cieux »  Rilke « L’étoffe des héros est un tissu de mensonges » « Ne m’attends pas ce soir, car la nuit sera blanche et noire. » Nerval « La bouche est un fruit qu’on mange à même la peau ! » Ba Amadou Hampaté « Le carré... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 10:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 avril 2007

Philippe Seurin

C’est les gens que j’aime C'est les gens que j'aime, ceux qui font la vie de tous les jours, les petites gens, qui ont du baume au coeur même quand ils ont de la peine, qui repartent à l'at­taque avec leurs bras, leurs mains, leurs pieds où les détails sont écrits dans les lignes de leur chemin. C'est les gens que j'aime, ceux qui ont vécu des trucs, qui ont les bouilles de leurs trucs, avec des regards d'océan et des boudouilles de gosse, qui se foutent de l'opinion, l'opinion qui ne... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 21:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 avril 2007

Pablo Neruda

Ton rire Tu peux m'ôter le pain, m'ôter l'air, si tu veux : ne m'ôte pas ton rire.   Ne m'ôte pas la rose, le fer que tu égrènes ni l'eau qui brusquement éclate dans ta joie ni la vague d'argent qui déferle de toi.   De ma lutte si dure je rentre les yeux las quelquefois d'avoir vu la terre qui ne change mais, dès le seuil, ton rire monte au ciel, me cherchant et ouvrant pour moi toutes les portes de la vie.   À l'heure la plus sombre égrène, mon amour, ton rire, et si tu vois mon sang... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 11:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 avril 2007

Boris Vian

Le temps de vivre           Il a dévalé la colline Ses pieds faisaient rouler des pierres Là-haut entre les quatre murs La sirène chantait sans joie Il respirait l'odeur des arbres Avec son corps comme une forge La lumière l'accompagnait Et lui faisait danser son ombre Pourvu qu'ils me laissent le temps Il sautait à travers les herbes Il a cueilli deux feuilles jaunes Gorgées de sève et de soleil Les canons d'acier bleu crachaient Des courtes flammes de feu sec Pourvu qu'ils me laissent le... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 08:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 avril 2007

Antoine de Saint-Exupéry

L’ami d’abord c’est celui qui ne juge point.Je te l’ai dit, c’est celui qui ouvre sa porte au chemineau, à sa béquille, à son bâton déposé dans un coin et ne lui demande point de danser pour juger sa danse. Et si le chemineau raconte le printemps sur la route du dehors, l’ami est celui qui reçoit en lui le printemps.Et s’il raconte l’horreur de la famine dans le village d’où il vient, souffre avec lui la famine.Car je te l’ai dit, l’ami dans l’homme c’est la part qui est pour toi et qui ouvre pour toi une porte qu’il n’ouvre... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 10:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 avril 2007

Marcel Moreau

Nous savons comment et pourquoi notre corps est organisé pour la vie. C'est sa part mécanique-saignante. Mais nous sommes encore bien loin de savoir pourquoi et comment ce corps, s'oubliant comme mécanique, développe en nous, instinctivement, les formes de vie complexes et imprévisibles, auxquelles il nous suffirait de donner la parole pour voir notre histoire abyssale recouvrir notre histoire raisonnable. Tout est fait pour réduire au silence notre sous-sol identitaire, pour nous fermer l'accès à cette immensité-là. Dans... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 13:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 avril 2007

Boris Vian

                                 René Julien - Dan nation n°3 Je voudrais pas creverJe voudrais pas crever Avant d'avoir connu Les chiens noirs du Mexique Qui dorment sans rêver Les singes à cul nu Dévoreurs de tropiques Les araigné d'argent Au nid truffé de bulles Je voudrais pas crever Sans savoir si la lune Sous son faux air de thune A un côté pointu Si le soleil est froid Si les... [Lire la suite]
Posté par oceania55 à 10:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 avril 2007

Jacques Prévert

Pour Marie... La vie le matin Quand la vie est un collier... chaque jour est une perle  Quand la vie est une cage chaque jour est une larme Quand la vie est une forêt chaque jour est un arbre Quand la vie est un arbre chaque jour est une branche Quand la vie est une branche chaque jour est une feuille...phto Eric Mary
Posté par oceania55 à 09:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]