Les mots sont vivants.
Ils ont des petits cœurs tendres, des ventres soyeux, des sexes en bandouillère, féminin-masculin, des têtes chercheuses, des petits yeux parfois paresseux souvent malicieux et de grandes âmes d’enfant qui remontent jusqu’à la nuit des temps.

Ils se proposent toujours de jouer avec toi en te poussant à travers les champs de conscience jusqu’au bord de l’inédit car tu sais les écouter d’une toute autre oreille, ils te délivreront innocemment des flopées de secrets.

Je t’en prie, éclate-toi la comprenette, fleuris-toi le vocabulaire, prends soin de ta langue maternelle.

Mon souhait le plus cher est que tu avances de dévoilement en dévoilement, d’illumination en illumination, de révélation en révélation.

In, "Ce que les mots veulent dire"