pages 73 et 74

Gentiment et de concert, on délire en rond, se disant à part soi que, au pire, ça ne peut pas faire de mal. Mais si, justement, ces illusions sont dangereuses et souvent mortelles. Basé sur une probabilité de réinsertion à peu près comparable à celle de gagner au Loto, le système d'aide sadise au quotidien, en proposant des accompagnements dénués de toute adéquation clinique. Ces derniers sont constitutivement inadaptés à soulager efficacement les souffrances des populations visées.
Et cela ne s'arrête pas là. Au-delà de la gestion de l'urgence, se profile la carrière pyramidale du SDF en voie de réinsertion.
Après le foyer d'urgence donc, après s'être un peu lavé, redressé, humanisé, apprivoisé, le SDF enfin approchable sans gants et masque prophylactique rencontre une assistante sociale. Cette dernière évalue la situation. Soupèse le sérieux des motivations. Et propose des solutions...

Assistante sociale : Bonjour, monsieur, quel est votre désir ?
Clodo : Beuh...
Assistante sociale : Je veux dire votre souhait, votre projet, si vous préférez...
Clodo : Ben, c'est que je voudrais pas crever...
Assistante sociale, manipulant son stylo avec agacement : Soit! Mais êtes-vous prêt, pour autant, à passer un contrat thérapeutique, à envisager votre réinsertion, un stage de formation... Et puis d'abord une cure de désintoxication. L'alcool, vous savez, c'est très mauvais pour la santé! Voyons, comment réagissez-vous à ce que je vous propose?
Clodo : Ben, c'est que je voudrais pas crever...
Assistance sociale, qui a lu tout Freud dans Elle et un dossier du Nouvel Obs qui était vachement bien
fait : Hmm...

In, "Le sang nouveau est arrivé", Gallimard