Comment se maintenir dans l'état amoureux que l'on sait par expérience destructible et que l'on souhaite d'une permanence totale ? Quand l'amour cessera-t-il d'être lieu de passage où la perte répond au désir fou ? Garder la tension, la communication, le bien-être des corps, la vibration, le tremblement et l'éblouissement des sens et ne pas se laisser entamer par la jalousie, la possessivité... Quand le couple surgira-t-il vainqueur de la nostalgie ?
Car l'amour est bien une histoire qui doit durer dans l'éblouissement et la paix... Il y a sans doute des voies à trouver afin que l'amour soit comme une circulation de forces communicantes, immortel, rassurant comme l'amour de la mère envers laquelle il n'existe ni méfiance ni tiédeur ! L'amour est encore lié à la douleur ou alors il n'est pas l'amour. On ne sait pas encore se maintenir sur ce chemin de crête avec une respiration large, une tranquillité de tous les instants. Pourtant il n'y a que la confiance dans le comportement de l'autre, l'acceptation de ce qu'il est dans cette partie cachée de lui-même qu'il est en droit de préserver, qui puisse éviter la perte de substance du couple. Je te connais mais tu es autre aussi. Tu as droit au secret, à des respirations différentes, à des ailleurs où je ne suis pas. Mais quelle détresse avant de parvenir à cette liaison heureuse, quel cheminement chaotique !
Il n'y a pas d'autre issue apparemment. L'amour existe mais on ne sait pas le vivre.