"Pourquoi nos ailes sont-elles ainsi cousues à l'intérieur, sous la doublure blanche de la peau ? Des ailes non pour l'envol,_ternels___falo__visages_couple_endormi_ mais pour claudiquer ici-bas. Pour y couver longtemps l'oeuf gris de la mélancolie et l'oeuf rouge du désir. Seul le bec de la plume en crèvera la coquille. Interdits d'azur, il nous faut trouver d'autres espèces de ciels.

As-tu jamais songé que nous avions précisément en commun ce qui semblait nous séparer ? Ce secret que chacun demeure à lui-même. Ce silence sur lequel il veille. Ce creux que rien ne peut remplir. Nous avons en partage la commune ignorance du pourquoi de notre existence. Là est notre intimité la plus stricte. Ne sachant jamais qui nous sommes, nous devons en appeler à autrui pour tenter de nous reconnaître. Où chacun sait qu'il doit mourir survient l'amour.

Taisons-nous à présent. Ecoute un peu tomber la pluie. Ces mots gouttent sur la vitre. Ils ne cachent pas, ne montrent pas, ils brouillent un peu le paysage. Il répètent nos yeux plein de larmes. La pluie qui nous coule au-dedans. L'averse douce et intime, par où le regard s'ouvre puis se referme à la lumière."

In, "Une histoire de bleu"                                                                    Photo Falo