belle_au_bois_dormant__Ph

                                                                                     Photo Ph. Assalit

Où vont nos nuits perdues

Elles se nichent dans l'ombre. Le goût de l'ombre. Dans l'inconnu, la nuit, dans l'obscur des êtres, dans la « part maudite » que recèlent aussi bien l'amour que la mort, dans l'ordure, les guenilles, la langue incompréhensible, dans la question qui est au coeur de la question, la chine de l'esprit, le noir noir, un mystère attire, aspire, fascine - d'autant plus qu'on le sait irréfragable.

C'est pourtant là qu'on veut aller creuser, bien sûr.
Sans doute pour creuser en soi-même et retraverser ces expériences vécues, entendues, inventées, retrouvées, ce battement de mille vies dont « je » suis la figure provisoire.

In, Figures au jardin