Les petites Maillol

Dans les labyrinthes frais et verts
on voit les petites Maillol, fluviatiles,
océanes, antiques, l'Eté, Flore et Pomone
nues, ou drapées bien en chair, les fruits

Désirables qu'elles portent ! Autre chose
que de la couleur, la forme des saisons,
autre chose que des mots. Simplement un désir

De mots. Comme si son ventre, seins et bras
et offrande de pomme ou d'orange
étaient matière de souffle et fougue du jour d'été
qui ébouriffe et irise les jets d'eau.

Dans le bronze ou le plomb
ces formes lisses de fesses,
cuisses et seins,
et l'asile obscur des bras
où parfois rêve un visage

Qui n'est visage de personne,
ou tête pensive dans la paume,
la Méditerranée et la Nuit. Oublieuses,
nues dans le sommeil noir des mots,
cette couleur étrangère
qu'ont les yeux fermés, cette couleur d'oubli

Qui coule de l'été dans les plis secrets
du coude et de l'aine,
dans l'entrejambe et l'absence de sexe,
là où rien ne parle, la source,
la bouche d'énigmes.